L'Idéal pédagogique en France au XVIIIe siècle

BookL'Idéal pédagogique en France au XVIIIe siècle

L'Idéal pédagogique en France au XVIIIe siècle

Oxford University Studies in the Enlightenment, 361

1998

January 1st, 1998

Access Token

Details

Other Formats

Price

Description

Après la ‘crise de conscience européenne’ (1680-1715), la question de l’idéal pédagogique révèle les transformations de la société française dont elle est aussi un acteur. Les besoins de la société, les forces religieuses, l’évolution de la pensée scientifique s’y croisent pour un mouvement d’accommodation qui fait toute la richesse de la pensée du dix-huitième siècle. C’est l’objet de cet ouvrage que de chercher a montrer ce mouvement et cette richesse de la pensée pédagogique sous Louis XV et Louis XVI (avant la Révolution), alors que la formation des enfants se trouve être le lieu de convergence de quelques grandes questions que dut affronter la monarchie: la place des ‘arts utiles’, des ‘métiers mécaniques’ dans la société, le rôle de l’Eglise dans la vie du royaume, l’intégration de démarches intellectuelles nouvelles, qui provoquent des conflits avec la pensée chrétienne et qui remettent en cause les sources de la pédagogie, la philosophie de l’entendement et donc des savoirs, connaissances et qualités souhaitées chez les enfants et jeunes gens du peuple et des élites.
Pour réaliser ce travail, nous nous sommes appuyés sur la très abondante littérature pédagogique du siècle tout en suivant la réalité du débat pédagogique dans quelques journaux pour en saisir le mouvement et les nombreuses implications. La production générale d’écrits sur l’éducation est proliférante; nous avons retenu ceux qui posaient la question éducative, dans l’axe de notre sujet, en veillant à ce que les genres littéraires soient variés comme l’exigeait le thème de notre étude. Le lecteur trouvera dans cet ouvrage la littérature pédagogique du siècle, même peut connue, en particulier celle des obscurs praticiens des écoles, des collèges et des maisons d’éducation qui ont beaucoup écrit. D’autre part, les questions pédagogiques passionnaient les Français, elles sont régulièrement traitées dans Le Mercure de France, le Journal de Verdun, et les Affiches de province.
Le plan suivi est chronologique pour mettre en relief les changements opères au cours du siècle, selon l’importance accordee – ou non – aux sources chrétiennes de l’éducation, la sévère mise en cause des collèges accuses de pratiques ‘gothiques’, l’introduction des modèles nouveaux de la science fondes sur l’observation et l’expérience, l’évolution de la philosophie de la connaissance, selon aussi la pression de la société civile exigeante en ce qui concerne le bonheur, la morale, l’utilité publique de l’éducation pour les besoins de la nation.

Table of Contents

Table of Contents
Section TitlePagePrice
Cover 1
Title Page4
Copyright Page5
Table des matières6
Introduction8
I. L'éducation chrétienne et la méthode (1715-1746)12
1. Les petites écoles ou les 'églises des enfants'14
2. Le collège: finalités et modèles45
3. Une éducation pour Ie bonheur des hommes en société69
4. Nouvelles méthodes, nouveaux plans d'études84
II. Les voies de la connaissance: l'homme au cœur de I'éducation (1746-1762)118
5. Une nouvelle philosophie de la connaissance120
6. Jean–Jacques Rousseau: au cœur de la pensée éducative de son temps136
7. Le cœur dans l'education154
8. Les modèles d'éducation: les pensions, l'école militaire de Paris, les écoles de 'dessein'171
9. La cour, Ie due de Bourgogne203
III. L'éducation nationale (1762-1788)220
10. La 'révolution parlementaire': l'hostilité contre les 'moines'223
11. Des écoles professionnelles pour la nation255
12. Des collèges pour la nation273
13. La priorite: la formation morale304
14. La morale dans les traités d'éducation326
15. Les vertus de l'enfermement des enfants: maisons d'éducation et pensions des collèges351
16. L'idéal d'éducation chrétienne379
Conclusion408
Liste des ouvrages cites418
Index432