Locke et les Philosophes Francais

BookLocke et les Philosophes Francais

Locke et les Philosophes Francais

La critique des idées innées en France au dix-huitiéme siécle

Oxford University Studies in the Enlightenment, 353

1997

January 1st, 1997

£60.00

Details

Price

Description

Avec son livre récent, Locke and French materialism (Oxford 1991), John Yolton – connu de longue date pour avoir le premier focalisé le contexte théologique et moral du nouveau ‘way of ideas’ chez Locke – a donné le signal de départ d’une exploration de la place de Locke dans la lutte philosophique en France au dix-septième siècle. Prenant acte que le thème, pourtant majeur, des idées innées dans la réception française de Locke n’a pas encore reçu l’attention qu’il mérite, le présent livre poursuit une analyse approfondie de la fortune de la polémique contre les idées innées chez les philosophes français, de Jean Le Clerc (1688) à Saint-Lambert (1801).
Après une présentation du scénario mis en place au dix-septième siècle (Descartes, Malebranche, Locke), on suit dans un ordre chronologique l’évolution de la critique des idées innées chez les philosophes français jusqu’à la defense d’une tabula rasaabsolue à la fin du siècle (Helvétius, d’Holbach), passant par plusieurs étapes qui marquent chacune à la fois un aboutissement et un nouveau point de départ dans la radicalisation progressive du leitmotiv lancé par Locke: considérées comme le pilier même de la métaphysique chrétienne, les idées innées sont dénoncées de façon de plus en plus radicale, d’abord dans le Refuge, ensuite en France sur une route jalonnée d’affaires’ (Voltaire 1734, Prades 1751, Helvétius 1758, d’Holbach 1770). Or, si la polémique contre les idées innées semble évoluer selon une logique interne nécessaire, ce livre dévoile en même temps l’existence d’une critique des idées innées plus proche de la cause apologétique par son souci de préserver l’immatérialité de l’âme, l’existence de Dieu et celle d’une loi naturelle (morale) objective et absolue. Enfin, on voit par les résultats de cette enquête comment, aujourd’hui, le débat entre l’inné et l’acquis, toujours d’actualité, trouve ses origines dans l’histoire retracée ici – comme d’ailleurs plus généralement la sécularisation et ses différents avatars, matérialisme, nihilisme, athéisme.
Remerciements