Rousseau et les éducateurs

BookRousseau et les éducateurs

Rousseau et les éducateurs

étude sur la fortune des idées pédagogiques de Jean-Jacques Rousseau en France et en Europe au XVIIIe siècle

Oxford University Studies in the Enlightenment, 356

1997

January 1st, 1997

£65.00

Details

Price

Description

Les philosophes des Lumières attendent de l’éducation l’avènement de l’homme nouveau. Kant, qui souligne ‘l’engageante nouveauté d’idées’ de Rousseau, encourage les ‘nouveaux pédagogues’, comme Basedow, les philanthropistes et Pestalozzi, à conduire une réflexion théorique sur l’éducation à partir des principes de l’Emile qu’ils s’efforcent d’appliquer dans leurs diverses institutions.
La médecine infantile se dégage de la métaphysique de la génération précédente; elle s’efforce de déterminer, par l’observation et l’expérimentation anatomique, les lois qui président au développement physique et mental de l’enfant, et qui causent ses maladies. Par cette démarche expérimentale, elle rectifie la notion de nature enfantine. L’auteur a pu montrer les liens très étroits entre l’Emile, qui insiste tant sur la spécificité d’une nature enfantine, et les progrès d’une médecine infantile qui se détourne de la tradition mécaniste et cartésienne, sans pour autant revenir aux prescriptions d’Hippocrate et de Galien, qui recommandaient de ‘laisser faire la nature’. Parallèle à la fortune de l’Emile, se développe une médecine vitaliste qui distingue les processus vitaux des phénomènes physiques et chimiques. C’est cette modernité dans l’approche du développement biologique de l’enfant qui fait le succès de l’Emile. Cette fortune conjointe de Rousseau et des médecins favorise l’avènement de la pédiatrie, de la psychologie de l’enfant et de l’école maternelle. 
Enfin, la production considérable d’une littérature pédagogique assure le succès de l’Emile par ses imitations, ses adaptations, et par les débats qu’il suscite. L’analyse de cette littérature pédagogique conforte l’existence d’un courant pédagogique spécifique, composante au deuxième degré des Lumières. La fortune des idées pédagogiques de Rousseau rejoint alors le destin de la pédagogie militante des Lumières: faute de se réaliser dans la pratique de la classe, elle reste à l’état de rêve et se déploie dans l’utopie. Les traités d’éducation nous projettent souvent dans la fiction, et les romans d’éducation traduisent aussi bien les aspirations à la rénovation que l’incapacité à l’accomplir.

'G. Py nous livre ici un très conséquent instrument de travail, étroitement référencié au titre qui en décrit parfaitement le contenu. Cette somme sera utile aux étudiants et aux chercheurs [...] Voilà un travail bien conduit.'
- Etudes J.-J. Rousseau