Jean-Jacques Rousseau et la Lecture

BookJean-Jacques Rousseau et la Lecture

Jean-Jacques Rousseau et la Lecture

Oxford University Studies in the Enlightenment, 369

1999

January 1st, 1999

£65.00

Details

Price

Description

Rousseau et la lecture est un livre collectif, fruit d’un séminaire de l’Equipe J.-J. Rousseau anime par Tanguy L’Aminot à l’Université de Paris IV-Sorbonne. Compose d’une vingtaine d’articles, il se propose d’examiner le rapport que Jean-Jacques Rousseau a entretenu avec les livres, la littérature, la philosophie, la science et l’esthétique de son temps.Plus que les sources de son œuvre ce qui est analyse ici, c’est le dialogue qui s’établit dans les écrits de Jean-Jacques avec un ou plusieurs auteurs ou avec un sujet particulier, Celui qui dans l’Emile déclarait haïr tous les livres, s’est révélé un lecteur étonnant, au fait de la pensée et de l’art sous leurs aspects les plus divers. Les auteurs de ce recueil se sont donc demande non seulement quels étaient les ouvrages qui avaient marqué Rousseau et quelle valeur ou quel intérêt présentait telle ou telle lecture pour lui, mais aussi comment Rousseau souhaitait être lu lui-meme.
Lire apparaît comme un véritable révélateur de tout l’être et peut avoir des conséquences funestes ou perverses dont il convient de se prémunir. En aucun cas, chez Rousseau, la lecture n’est un rite innocent ou gratuit.
Quatre études présentent d’ailleurs quelques-unes des lectures qui ont été faites de Rousseau depuis sa mort. De Sade à Jean Starobinski, Pierre Burgelin, Jacques Derrida, Paul de Man et au lecteur ordinaire des années 1980, on peut apprécier les multiples portraits qui ont été faits d’un auteur qui tenait à ce qu’on le voit, le lise et le comprenne à sa façon. Rousseau qui avait lu Leibniz, Spinoza ou Helvétius selon son cœur et son système, n’etait-il pas a son tour victime de la trahison de ses lecteurs? Mais lire, ne serait-ce pas avant tout trahir, traduire et contredire celui qui est lu? Le conduire au-delà de lui dans l’univers d’autrui?

'Nombreuses sont les contributions de ce riche recueil qui en témoignent encore.'
- Diderot Studies

'Chapters on Rousseau and Abélard, Spinoza, Leibniz, Helvétius, and Newton are extremely useful for the eighteenth-century scholar. All elucidate the dualities or contradictions in Rousseau’s work. It is refreshing that a collaboration adheres, with so few exceptions, to the subject at hand, and that all contributors quote from the same edition of Rousseau. This volume includes some in-depth analyses that are very thoughtful and worthwhile.'
- French Review