L'Art d'aimer au siècle des Lumières

BookL'Art d'aimer au siècle des Lumières

L'Art d'aimer au siècle des Lumières

Oxford University Studies in the Enlightenment, 2007:11

2007

November 15th, 2007

£75.00

Details

Other Formats

Price

Description

L’Art d’aimer, ce chef d’oeuvre d’Ovide, a eu une influence capitale sur les écrivains du siècle des Lumières mais ce n’est que maintenant que cet ouvrage fait l’objet de l’attention des dix-huitiémistes. En élaborant un ‘art’ d’aimer, Ovide comblait ce profond désir de théoriser le monde si difficilement saisissable des sentiments humains, désir qui a également été l’une des grandes obsessions du siècle des Lumières.
Dans L’`Art d’aimer’ au siècle des Lumières Stéphanie Loubère retrace et décrit l’impact et la réception de l’ouvrage d’Ovide, depuis les fidèles traductions en vers du début du 18ème siècle jusqu’aux autres imitations poétiques, réécritures, et modernisations qu’il a inspirées cinquante ans plus tard. L’Art d’aimer de Gentil-Bernard, salué par Fréron comme étant ‘un des ouvrages les plus célèbres de ce siècle’ fait l’objet d’une attention particulière. Gentil-Bernard, ne cherchant plus à adapter ou à imiter l’original, exprimait une conception sensualiste de l’amour qui était neuve par le lien qui lui faisait réunir plaisir et savoir.
L’auteur documente le déclin du modèle ovidien à mesure que les oeuvres de fiction libertines augmentent en popularité, et retrace sa transformation en d’autres parodies d’écriture didactique qui vont du traité juridique au catéchisme.
Stéphanie Loubère aborde son étude du libertinage du 18ème siècle à partir de la nouvelle perspective de la réception de l’oeuvre d’Ovide. Elle apporte une contribution d’une valeur inestimable à la compréhension de la tradition classique pendant le siècle des Lumières, à la fois pour les classicistes et pour les spécialistes de la littérature du 18ème siècle.

'There are excellent pages on forgotten imitators of Ovid such as d’Alègre, Voisenon, and Gouge de Cessières, and three remarkable chapters on Gentil-Bernard, the most talented neo-Ovidian of his time. When dealing with him as well as less well-known contemporaries, Loubère quotes widely, allowing the reader to gain insights into the poems.'
- Modern Language Review