L'Art d'aimer au siècle des Lumières

BookL'Art d'aimer au siècle des Lumières

L'Art d'aimer au siècle des Lumières

Oxford University Studies in the Enlightenment, 2007:11

2007

November 15th, 2007

Access Token
£75.00

Details

Other Formats

Price

Description

L’Art d’aimer, ce chef d’oeuvre d’Ovide, a eu une influence capitale sur les écrivains du siècle des Lumières mais ce n’est que maintenant que cet ouvrage fait l’objet de l’attention des dix-huitiémistes. En élaborant un ‘art’ d’aimer, Ovide comblait ce profond désir de théoriser le monde si difficilement saisissable des sentiments humains, désir qui a également été l’une des grandes obsessions du siècle des Lumières.
Dans L’`Art d’aimer’ au siècle des Lumières Stéphanie Loubère retrace et décrit l’impact et la réception de l’ouvrage d’Ovide, depuis les fidèles traductions en vers du début du 18ème siècle jusqu’aux autres imitations poétiques, réécritures, et modernisations qu’il a inspirées cinquante ans plus tard. L’Art d’aimer de Gentil-Bernard, salué par Fréron comme étant ‘un des ouvrages les plus célèbres de ce siècle’ fait l’objet d’une attention particulière. Gentil-Bernard, ne cherchant plus à adapter ou à imiter l’original, exprimait une conception sensualiste de l’amour qui était neuve par le lien qui lui faisait réunir plaisir et savoir.
L’auteur documente le déclin du modèle ovidien à mesure que les oeuvres de fiction libertines augmentent en popularité, et retrace sa transformation en d’autres parodies d’écriture didactique qui vont du traité juridique au catéchisme.
Stéphanie Loubère aborde son étude du libertinage du 18ème siècle à partir de la nouvelle perspective de la réception de l’oeuvre d’Ovide. Elle apporte une contribution d’une valeur inestimable à la compréhension de la tradition classique pendant le siècle des Lumières, à la fois pour les classicistes et pour les spécialistes de la littérature du 18ème siècle.

'There are excellent pages on forgotten imitators of Ovid such as d’Alègre, Voisenon, and Gouge de Cessières, and three remarkable chapters on Gentil-Bernard, the most talented neo-Ovidian of his time. When dealing with him as well as less well-known contemporaries, Loubère quotes widely, allowing the reader to gain insights into the poems.'
Modern Language Review

Table of Contents

Table of Contents
Section TitlePagePrice
Cover1
Half Title2
Title Page4
Copyright Page5
Table des matières6
Liste des illustrations8
Introduction10
I. L’hèritage ovidien20
1. Le modèle des arts d’aimer: Ovide22
i. L’Ars amatoria24
ii. L’Art d’aimer au Moyen Age38
iii. Ovide et la Renaissance45
2. Fortune et influence de l’Ars amatoria au dix-septième siècle48
i. La réaction burlesque de Dufour et L’Herato-technie du sieur D.L.B.M.49
ii. L’échec moraliste de Nicole59
iii. Le manifeste galant de Ferrier de La Martinière61
iv. L’hypostase philosophique de Michel de Marolles70
v. L’intérêt indirect de Martignac76
3. Traductions et imitations78
i. Les traductions anonymes de 1696 et 169878
ii. Les imitations de L’Art d’aimer84
II. 1736–1750: les batailles érotiques et esthétiques de l’art d’aimer94
4. Voltaire et son Mondain96
5. D’Alègre, Voisenon et Gouge de Cessières: le refus de l’artifice104
i. La progressive émancipation par rapport au modèle ovidien105
ii. Un prolongement de la grande Querelle: la bataille de l’abbé Desfontaines et de Gouge de Cessières118
iii. Le refus de l’artifice et la défense d’un art d’aimer naturel137
iv. La rectification morale de l’Ars amatoria et du Mondain156
III. Un point d’équilibre: L’Art d’aimer de Gentil-Bernard166
6. L’auteur et le texte168
i. Pierre-Joseph Bernard, dit Gentil-Bernard170
ii. Histoire et établissement du texte176
iii. La filiation ovidienne181
iv. L’autonomie poètique et philosophique de L’Art d’aimer de Gentil-Bernard184
7. L’art de jouir ou le credo sensualiste192
i. Du matérialisme en amour192
ii. La voluptè comme accès à la connaissance204
iii. La temporalitè sensualiste213
8. De l’imitation à l’invention d’un nouvel art d’aimer218
i. La réhabilitation philosophique du plaisir218
ii. Le dualisme amoureux dépassé219
iii. Les faux paradoxes d’une érotique épicurienne222
IV. L’Art d’aimer en crise à la fin du dix-huitième siècle228
9. La dispersion du modèle ovidien au milieu du siècle230
i. 1756: avènement et banalisation du modèle ovidien. La traduction consensuelle de Cuers de Cogolin232
ii. 1750–1770: la concurrence des arts d’aimer ‘romanesques’240
iii. Apparition de formes nouvelles259
10. Le regain des Remèdes à l’amour268
i. Les Remèdes orphelins268
ii. La tentative avortée de Rustaing de Saint-Jory276
iii. Les traductions d’Alberti277
iv. Les essais de Gaillard282
v. Le poème de Cailhava de l’Estandoux286
11. 1770–1815: Une effervescence problématique294
i. Les traductions tardives294
ii. Les imitations inachevées307
12. L’Art d’aimer impossible d’André Chénier314
i. Chénier et la tradition ovidienne318
ii. Une érotique nouvelle, difficilement conciliable avec l’esprit de l’Art d’aimer328
Conclusion334
Bibliographie336
i. Corpus primaire336
ii. Corpus secondaire339
iii. Corpus critique343
Index348