Francosphères

Les nuits de Strasbourg: Assia Djebar écrit la migration maghrébine et crée de nouvelles sphères pour la langue française

Francosphères (2012), 1, (2), 185–198.

Abstract

«Qu'est ce qu'on attend à Paris d'une romancière Algérienne? Qu'elle raconte une histoire plus ou moins exotique, un point c'est tout.'1 Assia Djebar raised this question during an interview in 2008, implying that the stories she writes about the Maghreb do not sit well with the French desire for «exotic literature». These stories, she insists, are all marked by dissonances, asymmetrical movements between past and present, different perspectives, and different ways of linking languages and identities. In choosing to ‘deterritorialise’ both her linguistic heritage and the great adventure of writing the Maghreb, Assia Djebar has become the North African Francophone woman writer who has written most powerfully about the North African experience of migrancy and displacement. In doing so, she has not only had an impact on Maghrebi cultural studies and challenged Maghrebi cultural politics with regard to its movement back and forth between post-traditionalism and modernity; she has also opened up new spheres for the French language, with a view to negotiating a new form of French that is always in flux, moving away from the tyranny of the current, dominant paradigms and the fierce constraints of syntax.

« Qu'est qu'on attend à Paris d'une romancière algérienne ? Qu'elle raconte une histoire plus ou moins exotique, un point c'est tout ». Assia Djebar soulève cette question dans une interview réalisée en 2008, sous-entendant que les histoires du Maghreb qu'elle écrit sont loin d'être conformes au goût des Français pour l'exotisme. Ces histoires, selon elle, sont toutes imprégnées de dissonances, de mouvements asymétriques entre le passé et le présent, de différentes perspectives, et différentes façons de relier langues et identités. En choisissant de déterritorialiser à la fois son héritage linguistique et la grande aventure de l'écriture maghrébine, Assia Djebar devient l'écrivaine nord-africaine francophone qui a le plus intensément écrit l'expérience maghrébine de la migration et du déracinement. En cela, elle a non seulement impacté les études culturelles au Maghreb et mis en question la politique culturelle au Maghreb dans son flottement actuel entre le post-traditionalisme et la modernité, elle dégage également de nouveaux horizons pour la langue française, en vue de négocier une langue française en mouvement, loin de la tyrannie du paradigme dominant et de la violence de la syntaxe.

Les nuits de Strasbourg: Assia Djebar écrit la migration maghrébine et crée de nouvelles sphères pour la langue française

Abstract

«Qu'est ce qu'on attend à Paris d'une romancière Algérienne? Qu'elle raconte une histoire plus ou moins exotique, un point c'est tout.'1 Assia Djebar raised this question during an interview in 2008, implying that the stories she writes about the Maghreb do not sit well with the French desire for «exotic literature». These stories, she insists, are all marked by dissonances, asymmetrical movements between past and present, different perspectives, and different ways of linking languages and identities. In choosing to ‘deterritorialise’ both her linguistic heritage and the great adventure of writing the Maghreb, Assia Djebar has become the North African Francophone woman writer who has written most powerfully about the North African experience of migrancy and displacement. In doing so, she has not only had an impact on Maghrebi cultural studies and challenged Maghrebi cultural politics with regard to its movement back and forth between post-traditionalism and modernity; she has also opened up new spheres for the French language, with a view to negotiating a new form of French that is always in flux, moving away from the tyranny of the current, dominant paradigms and the fierce constraints of syntax.

« Qu'est qu'on attend à Paris d'une romancière algérienne ? Qu'elle raconte une histoire plus ou moins exotique, un point c'est tout ». Assia Djebar soulève cette question dans une interview réalisée en 2008, sous-entendant que les histoires du Maghreb qu'elle écrit sont loin d'être conformes au goût des Français pour l'exotisme. Ces histoires, selon elle, sont toutes imprégnées de dissonances, de mouvements asymétriques entre le passé et le présent, de différentes perspectives, et différentes façons de relier langues et identités. En choisissant de déterritorialiser à la fois son héritage linguistique et la grande aventure de l'écriture maghrébine, Assia Djebar devient l'écrivaine nord-africaine francophone qui a le plus intensément écrit l'expérience maghrébine de la migration et du déracinement. En cela, elle a non seulement impacté les études culturelles au Maghreb et mis en question la politique culturelle au Maghreb dans son flottement actuel entre le post-traditionalisme et la modernité, elle dégage également de nouveaux horizons pour la langue française, en vue de négocier une langue française en mouvement, loin de la tyrannie du paradigme dominant et de la violence de la syntaxe.


Details

Author details

Nakkouch, Touria