Francosphères

Unsettling scores

Making music and promoting peace in the written work of francophone women

Francosphères (2016), 5, (2), 197–212.

Abstract

Evelyne Accad, Assia Djebar, and Anna Moï are three francophone women writers who have composed literary works in which music plays a prominent role. Even though these authors evoke the atrocities of war in their different homelands, their textual creations do not attempt to set the record straight, to right countless wrongs, or to finally ‘settle the score’. Instead, music infuses the written work in order to communicate – and to enact – a moving beyond. These scores are unsettling, not only because they break with convention in their inventiveness, but also, and especially, because they belong to another logic, one that eschews retribution and revenge, which instead is expansive, openminded, even forgiving. While their texts constitute an acknowledgement that what is past must be respectfully remembered, these writers refuse to enter into a battle of words and ideologies, preferring to embrace innovative forms in the hope of ultimately overcoming points of contention. For these writers, making music in the literary text is not only an aesthetic enterprise; it is also a movement deeply engaged in promoting peace.

Evelyne Accad, Assia Djebar et Anna Moï sont trois femmes francophones dont l’œuvre littéraire accorde une place importante à la musique. Même si elles évoquent les atrocités de la guerre dans leur différents pays d’origine, leurs créations textuelles n’essaient pas de rétablir les faits, de corriger les nombreux torts ou de régler les comptes. Au contraire, la musique infuse l’œuvre écrite afin de communiquer – et d’effectuer – un pas en avant, vers d’autres horizons. Ces textes sont troublants dans le sens où ils brisent les conventions et osent inventer de nouvelles formes, mais ils sont déstabilisants aussi et surtout parce qu’ils appartiennent à une autre logique, celle qui évite la rétribution ou la vengeance et favorise l’écoute – et même le pardon. Si leurs textes n’ignorent pas les conflits violents qui ont marqué la terre natale de ces écrivaines, ils ne participent pas à une bataille sur des mots et des idéologies; ces écrits constituent plutôt des formes innovatrices qui permettent de surmonter aux points de discorde. Le rôle de la musique dans cette littérature ne se limite pas alors à l’esthétique, mais fait intégralement partie d’un mouvement profondément engagé dans la promotion de la paix.

Unsettling scores

Making music and promoting peace in the written work of francophone women

Abstract

Evelyne Accad, Assia Djebar, and Anna Moï are three francophone women writers who have composed literary works in which music plays a prominent role. Even though these authors evoke the atrocities of war in their different homelands, their textual creations do not attempt to set the record straight, to right countless wrongs, or to finally ‘settle the score’. Instead, music infuses the written work in order to communicate – and to enact – a moving beyond. These scores are unsettling, not only because they break with convention in their inventiveness, but also, and especially, because they belong to another logic, one that eschews retribution and revenge, which instead is expansive, openminded, even forgiving. While their texts constitute an acknowledgement that what is past must be respectfully remembered, these writers refuse to enter into a battle of words and ideologies, preferring to embrace innovative forms in the hope of ultimately overcoming points of contention. For these writers, making music in the literary text is not only an aesthetic enterprise; it is also a movement deeply engaged in promoting peace.

Evelyne Accad, Assia Djebar et Anna Moï sont trois femmes francophones dont l’œuvre littéraire accorde une place importante à la musique. Même si elles évoquent les atrocités de la guerre dans leur différents pays d’origine, leurs créations textuelles n’essaient pas de rétablir les faits, de corriger les nombreux torts ou de régler les comptes. Au contraire, la musique infuse l’œuvre écrite afin de communiquer – et d’effectuer – un pas en avant, vers d’autres horizons. Ces textes sont troublants dans le sens où ils brisent les conventions et osent inventer de nouvelles formes, mais ils sont déstabilisants aussi et surtout parce qu’ils appartiennent à une autre logique, celle qui évite la rétribution ou la vengeance et favorise l’écoute – et même le pardon. Si leurs textes n’ignorent pas les conflits violents qui ont marqué la terre natale de ces écrivaines, ils ne participent pas à une bataille sur des mots et des idéologies; ces écrits constituent plutôt des formes innovatrices qui permettent de surmonter aux points de discorde. Le rôle de la musique dans cette littérature ne se limite pas alors à l’esthétique, mais fait intégralement partie d’un mouvement profondément engagé dans la promotion de la paix.


Details

Author details

Rice, Alison