Francosphères

Riad Sattouf’s L’Arabe du futur, bodily humour, and a politics of socio-symbolic adolescence

Francosphères (2017), 6, (1), 35–60.

Abstract

This article, focusing in particular on L’Arabe du future, tome 1 (2014), seeks initially to elucidate a humour of childhood and adolescent bodies produced by Riad Sattouf’s filmic and comics œuvre, and goes on to explore the reaction of the reader/viewer as a function of his/her bodily memory and of the incongruity-congruity division upon which much of humour studies has been erected. It argues that Sattouf’s work produces visceral and emotional reactions that intertwine to evoke an intriguing complexity of amusement. At the same time, it explores the importance of self-representation and personal memory to the production of humour in Sattouf’s work and of an unusual proximity to the bodily childhood/adolescent object. This proximity is argued to act as a foundation for a powerful summoning of childhood absurdity in the reader, one that encourages a focus on psychic structures that evoke the Lacanian notions of the Symbolic Order and big Other. Finally, this article argues that Sattouf’s evocation of these structures invites the analysis of a psychic link between childhood development and the subjectivities of adult agents in the political frameworks in gestation which he depicts. It thus investigates how Sattouf amusingly evokes the propensity of adults, like children, to become caught up in discourses generated by what Jacques Lacan would refer to as the figure of the big Other. It is ultimately this article’s goal to share the power of Sattouf’s work to encourage the reader to accept and laugh at his/her own continued imperfect, ‘adolescent’, state while humbly working to be as sociopolitically adult, or aware, as possible.

Cet article propose d’étudier l’humour présent dans l’œuvre cinématographique et les bandes dessinées de Riad Sattouf (en particulier le tome 1 de L’Arabe du future (2014)) au sujet du corps humain, à l’enfance et à l’adolescence. Il explore aussi les réactions du public en fonction de sa mémoire corporelle propre ainsi qu’en s’intéressant à l’incongru (comme concept tiré des humour studies). La thèse défendue ici est que le travail de Sattouf produit des réactions émotionnelles et viscérales qui s’entremêlent dans un amusement étonnamment complexe. Cet article explore d’ailleurs l’importance de l’image de soi et de la mémoire personnelle de Sattouf dans l’élaboration de son humour, ainsi que sa proximité inhabituelle avec l’objet du corps à l’enfance et à l’adolescence. Cette proximité est au coeur d’un puissant surgissement, pour le public, du sentiment d’absurdité de l’enfance, convoquant par là-même un intérêt pour les structures psychiques, notamment les notions lacaniennes du Symbolique et de l’Autre. Enfin, cet article défend l’idée que l’évocation par l’auteur de ces structures psychiques invite à faire l’analyse du lien entre les expériences de l’enfance et la subjectivité des agents adultes, pris dans le cadre politique (en gestation) que Sattouf décrit. L’article s’intéresse par-là à la façon qu’a Sattouf de s’amuser de la propension des adultes à être pris au piège, comme des enfants, dans le discours au sujet de ce que Lacan nommerait l’Autre. Ainsi finalement, cet article assume son objectif d’encourager le lecteur à accepter (et à rire de) son, à jamais imparfait, être ‘adolescent’, tout en travaillant humblement à être aussi, si possible, un adulte à part entière.

Riad Sattouf’s L’Arabe du futur, bodily humour, and a politics of socio-symbolic adolescence

Abstract

This article, focusing in particular on L’Arabe du future, tome 1 (2014), seeks initially to elucidate a humour of childhood and adolescent bodies produced by Riad Sattouf’s filmic and comics œuvre, and goes on to explore the reaction of the reader/viewer as a function of his/her bodily memory and of the incongruity-congruity division upon which much of humour studies has been erected. It argues that Sattouf’s work produces visceral and emotional reactions that intertwine to evoke an intriguing complexity of amusement. At the same time, it explores the importance of self-representation and personal memory to the production of humour in Sattouf’s work and of an unusual proximity to the bodily childhood/adolescent object. This proximity is argued to act as a foundation for a powerful summoning of childhood absurdity in the reader, one that encourages a focus on psychic structures that evoke the Lacanian notions of the Symbolic Order and big Other. Finally, this article argues that Sattouf’s evocation of these structures invites the analysis of a psychic link between childhood development and the subjectivities of adult agents in the political frameworks in gestation which he depicts. It thus investigates how Sattouf amusingly evokes the propensity of adults, like children, to become caught up in discourses generated by what Jacques Lacan would refer to as the figure of the big Other. It is ultimately this article’s goal to share the power of Sattouf’s work to encourage the reader to accept and laugh at his/her own continued imperfect, ‘adolescent’, state while humbly working to be as sociopolitically adult, or aware, as possible.

Cet article propose d’étudier l’humour présent dans l’œuvre cinématographique et les bandes dessinées de Riad Sattouf (en particulier le tome 1 de L’Arabe du future (2014)) au sujet du corps humain, à l’enfance et à l’adolescence. Il explore aussi les réactions du public en fonction de sa mémoire corporelle propre ainsi qu’en s’intéressant à l’incongru (comme concept tiré des humour studies). La thèse défendue ici est que le travail de Sattouf produit des réactions émotionnelles et viscérales qui s’entremêlent dans un amusement étonnamment complexe. Cet article explore d’ailleurs l’importance de l’image de soi et de la mémoire personnelle de Sattouf dans l’élaboration de son humour, ainsi que sa proximité inhabituelle avec l’objet du corps à l’enfance et à l’adolescence. Cette proximité est au coeur d’un puissant surgissement, pour le public, du sentiment d’absurdité de l’enfance, convoquant par là-même un intérêt pour les structures psychiques, notamment les notions lacaniennes du Symbolique et de l’Autre. Enfin, cet article défend l’idée que l’évocation par l’auteur de ces structures psychiques invite à faire l’analyse du lien entre les expériences de l’enfance et la subjectivité des agents adultes, pris dans le cadre politique (en gestation) que Sattouf décrit. L’article s’intéresse par-là à la façon qu’a Sattouf de s’amuser de la propension des adultes à être pris au piège, comme des enfants, dans le discours au sujet de ce que Lacan nommerait l’Autre. Ainsi finalement, cet article assume son objectif d’encourager le lecteur à accepter (et à rire de) son, à jamais imparfait, être ‘adolescent’, tout en travaillant humblement à être aussi, si possible, un adulte à part entière.


Details

Author details

Still, Edward John