Contemporary French Civilization

TERRORISME ET MANIPULATION DES MÉDIAS

Contemporary French Civilization (1989), 13, (2), 274–279.


Details

TERRORISME ET MANIPULATION DES MÉDIAS Gérard Chaliand Ecole Nationale d'Administration En 1986 un sondage d'opinion sur les craintes des Français concernant l'avenir, indiquait, par ordre d'importance: le chômage, la bombe atomique et le terrorisme. Or si, par exemple, les accidents de la route en France provoquent chaque année dix à douze mille morts, le nombre des morts dûs au terrorisme en France pour la période 19681987 se situe au-dessous de cinquante. On mesure à ces chiffres, la victoire psychologique et donc médiatique des terrorismes. En dehors du régicide ou du tyrannicide qui trouvait son retentissement dans l'acte lui-même, le terrorisme a toujours eu besoin de témoins nombreux puisqu'il vise d'abord un effet psychologique. «Mieux vaut tuer un et être vu de mille que de tuer mille et de n'être vu que d'un», disait l'adage chinois. Il va de soi qu'à l'ère des masses et de la communication de masse, le relais des médias est indispensable au terrorisme. Naguère utilisé comme catalyseur et comme technique d'appoint par nombre de mouvements de libération nationale, le terrorisme est devenu, au cours des vingt dernières années, l'activité exclusive ou quasi exclusive d'un certain nombre de mouvements politiques ou de groupes aux effectifs très réduits. Certes, il ne peut y avoir de condamnation globale du terrorisme à moins de condamner toute violence d'où qu'elle vienne. En tant que dernier recours, le terrorisme reste justifié. Je n'évoque pas ici le terrorisme d'Etat où le terme même de terreur trouve son origine. Celui-ci, qu'il s'agisse du Guatémala au

If you have private access to this content, please log in with your username and password here

Author details

Ecole Nationale d'Administration