Contemporary French Civilization

Une intimité très médiatisée : les paradoxes de « J'ai dix ans » (Souchon – Voulzy)

Contemporary French Civilization (2011), 36, (1-2), 81–96.

Abstract

The break-through single success of Alan Souchon and Laurent Voulzy's song 'J'ai dix ans' in 1974 was the first of a series of other hits, and the song established the friendly and sympathetic image of Souchon – renowned for his ability to communicate fully and openly to fans but also while retaining some discretion – that would be his ticket to enduring popularity. The intimate composition and arrangement (Voulzy) of 'J'ai dix ans' as well as the editing of the song are all chosen to illustrate musically the childlike weaknesses that it describes, initiating a central paradox of Souchon's long-standing popularity: ever since his debut hit in 1974, Souchon has been one of the most highly mediatised stars of French variétés, figuring as one of the small group of 'hypervisible' performers who define the field. His success thus melds media hypervisibility and a confessional style. Alongside this core paradox, 'J'ai dix ans' exhibits the second intriguing feature of merging musical features from rock and pop until then considered in France as characteristic solely of American or British rock within a consensual genre of 'variété francaise' hitherto resistant to such new, and foreign – or even alien – musical influences.

En 1974, Alain Souchon et Laurent Voulzy remportent leur premier succès, annonciateur de nombreux autres, avec la chanson "J'ai dix ans". Celle-ci incarne bien le personnage sympathique qui fera le succès de Souchon (auteur et interprète), réputé pour sa capacité à se dévoiler impudiquement en toute pudeur. De même, du côté de la composition et de l'arrangement (Laurent Voulzy), ainsi que des choix phonographiques, tout est fait pour illustrer musicalement les fragilités enfantines dont parle cette chanson. C'est là un paradoxe de ce succès durable : car le personnage de Souchon est parmi les plus médiatisés, depuis 1974 à nos jours, de la variété française, le classant parmi les "hypervisibles" médiatiques qui définissent ce domaine. A la singularité de cette pudeur très médiatisée s'ajoute une deuxième particularité : cette chanson intègre des caractéristiques musicales issues du rock et de la pop, musiques alors désignées en France comme "rock anglo-saxon", dans une variété française consensuelle qui s'était montrée jusqu'alors plus réticente face à ces courants nouveaux et étrangers – pour ne pas dire étranges.

Access Token
£25.00
If you have private access to this content, please log in with your username and password here

 Google Scholar

 Google Scholar

 Google Scholar

 Google Scholar

 Google Scholar

 Google Scholar

 Google Scholar

Curien, Nicholas et François Moreau. L'industrie du disque. Paris: Editions La Découverte, 2006. L'industrie du disque Google Scholar

Debord, Guy. La société du spectacle. Paris: Editions Gallimard, 1992. La société du spectacle Google Scholar

Dicale, Bertrand. La chanson française pour les nuls. Paris: Editions Générales First, 2006. La chanson française pour les nuls Google Scholar

Dockwray, Ruth and Allan F. Moore. « Configuring the sound-box, 1965–72 », Popular Music 29.2 (2010): 181–197. Google Scholar

Donnat, Olivier et Denis Cogneau. Les pratiques culturelles des Français. 1973–1989. Paris: Editions La Découverte – La Documentation française, 1990. Les pratiques culturelles des Français. 1973–1989 Google Scholar

Elias, Norbert. La société de cour. Paris: Flammarion, 1985. La société de cour Google Scholar

Grassy, Elsa. Le lieu musical : du texte à l'espace, un itinéraire sémantique. Poétique des catégories géographiques dans les musiques populaires américaines. Thèse, Université Paris-Sorbonne. 2010. Unpublished. Google Scholar

Guibert, Gérôme. La production de la culture. Le cas des musiques amplifiées en France. Paris: Mélanie Séteun et Irma éditions, 2006. La production de la culture. Le cas des musiques amplifiées en France Google Scholar

Lacasse, Serge. "Listen to My Voice": The Evocative Power of Vocal Staging in Recorded Rock Music and Other Forms of Vocal Expression, PhD, University of Liverpool, 2000. ( http://www.mus.ulaval.ca/lacasse/texts/THESIS.pdf Google Scholar

Looseley, David L. Popular Music in Contemporary France. Authenticity, Politics, Debate. Oxford & New York: Berg, 2003. Popular Music in Contemporary France. Authenticity, Politics, Debate Google Scholar

Moore, Allan F. « Patterns of Harmony », Popular Music 11.1 (1993): 73–106. Google Scholar

Moore, Allan F. and Ruth Dockwray. « The establishment of the virtual performance space in rock », Twentieth-century Music 5.2 (2009): 63–85. Google Scholar

Prévost-Thomas, Cécile. « Les femmes dans la chanson d'aujourd'hui : quelle visibilité sociale ». In Prévost-Thomas, Cécile, Hyacinthe Ravet et Catherine Rudent, dir., Le féminin, le masculin et la musique populaire d'aujourd'hui, Paris, Observatoire musical français, 2005. 13–29. Google Scholar

Prévost-Thomas, Cécile. Dialectiques et fonctions symboliques de la chanson française contemporaine. Thèse, Université Paris X, 2006. Unpublished. Google Scholar

Rioux, Jean-Pierre et Jean-François Sirinelli. Le temps des masses. Le vingtième siècle. Histoire culturelle de la France – 4. Paris: Editions du Seuil, 2005. Le temps des masses. Le vingtième siècle. Histoire culturelle de la France – 4 Google Scholar

Robine, Marc. Il était une fois la chanson française des origines à nos jours. Paris: Editions Arthème Fayard – Editions du verbe, 2004. . Il était une fois la chanson française des origines à nos jours Google Scholar

Teillet, Philippe. « Les cultes musicaux. La contribution de l'appareil de commentaires à la construction de cultes ; l'exemple de la presse rock ». In Philippe Le Guern dir., Les cultes médiatiques. Culture fan et oeuvres cultes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002. 309–341. Google Scholar

Verlant, Gilles. « Les années 70 ou l'âge d'or de RTL avec Monique Le Marcis ». In Fabrice Ferment et le Snep, 40 ans de tubes. Clichy, Editions Larivière, 2001. 61. Google Scholar

If you have private access to this content, please log in with your username and password here

Details

Author details

Rudent, Catherine