Francosphères

Like constellations, shimmer

A translation of ‘Je contemple souvent le ciel de ma mémoire’ by Marcel Proust

Francosphères (2020), 9, (1), 119–122.

Abstract

Like constellations, shimmer

A translation of ‘Je contemple souvent le ciel de ma mémoire’ by Marcel Proust

Je contemple souvent le ciel de ma mémoire

Le temps efface tout comme effacent les vagues Les travaux des enfants sur le sable aplani Nous oublierons ces mots si précis et si vagues Derrière qui chacun nous sentions l’infini. Le temps efface tout il n’éteint pas les yeux Qu’ils soient d’opale ou d’étoile ou d’eau claire Beaux comme dans le ciel ou chez un lapidaire Ils brûleront pour nous d’un feu triste ou joyeux. Les uns joyaux volés de leur écrin vivant Jetteront dans mon cœur leurs durs reflets de pierre Comme au jour où sertis, scellés dans la paupière Ils luisaient d’un éclat précieux et décevant. D’autres doux feux ravis encor par Prométhée Étincelle d’amour qui brillait dans leurs yeux Pour notre cher tourment nous l’avons emportée Clartés trop pures ou bijoux trop précieux. Constellez à jamais le ciel de ma mémoire Inextinguibles yeux de celles que j’aimai Rêvez comme des morts, luisez comme des gloires Mon cœur sera brillant comme une nuit de Mai. L’oubli comme une brume efface les visages Les gestes adorés au divin autrefois, Par qui nous fûmes fous, par qui nous fûmes sages Charmes d’égarement et symboles de foi. Le temps efface tout l’intimité des soirs Mes deux mains dans son cou vierge comme la neige Ses regards caressants mes nerfs comme un arpège Le printemps secouant sur nous ses encensoirs. D’autres, les yeux pourtant d’une joyeuse femme, Ainsi que des chagrins étaient vastes et noirs Épouvante des nuits et mystère des soirs Entre ces cils charmants tenait toute son âme. Et son cœur était vain comme un regard joyeux. D’autres comme la mer si changeante et si douce Nous égaraient vers l’âme enfouie en ses yeux Comme en ces soirs marins où l’inconnu nous pousse. Mer des yeux sur tes eaux claires nous naviguâmes Le désir gonflait nos voiles si rapiécées Nous partions oublieux des tempêtes passées Sur les regards à la découverte des âmes. Tant de regards divers, les âmes si pareilles Vieux prisonniers des yeux nous sommes bien déçus Nous aurions dû rester à dormir sous la treille Mais vous seriez parti même eussiez-vous tout su Pour avoir dans le cœur ces yeux pleins de promesses Comme une mer le soir rêveuse de soleil Vous avez accompli d’inutiles prouesses Pour atteindre au pays de rêve qui, vermeil, Se lamentait d’extase au-delà des eaux vraies Sous l’arche sainte d’un nuage cru prophète Mais il est doux d’avoir pour un rêve ces plaies Et votre souvenir brille comme une fête. Marcel Proust, date unknown

I often gaze at my memory’s sky

Time erases it all, like the waves of the sea Dissolve castles of sand with the tide’s growing reach We’ll forget every word, every passionate plea So trite yet sincere, the infinite behind each. Time erases it all, but the eyes, which remain, Be they opals or stars or of crystalline source On the stone cutter’s wheel or the heavenly plane Will glimmer for us, sparks of joy or remorse. Some, unbound gems lifted out of their casing, Cast into my heart the cold glint of polished stone Like the days when, enclosed in eyelids of their own, They glistened with a brilliance both hollow and deceiving. Others, dying fires that Prometheus still kindles, When a rare spark of love did glint in those eyes We carried it off, inexperienced mortals, A brightness too strident, too dazzling a prize. In my memory’s sky, like constellations, shimmer Immemorial eyes of the women I have loved Dream like the dead, and shine like the beloved My heart, like a night sky in May, will glimmer. The mist of oblivion erases the faces And gestures we cherish from a distant time The source of our errors, but also, our graces Charms of debauchery and emblems sublime. Time erases it all, those intimate evenings My hands on her neck as delicate as snow And her glances setting all my nerves aglow Under the fragrance emitted by thuribles of spring. Others still, the eyes of a joyful woman, Were surprisingly vast and black with sadness Mystery of dusk and horror of darkness Behind those lashes her whole soul was hidden. And her heart was vain like a playful glance. Others, like the sea with its perils and delights, Toward the soul dwelling deep in its blue-eyed expanse Entice us, like the unknown on those maritime nights. Ocean of eyes, we sailed your waters so clear And our well-worn sails swelled with the winds of desire We would leave, every time forgetful of their ire In search of new souls on every frontier. So diverse in features, yet such similar creatures Tired prisoners of eyes and disenchanting success We should have stayed sleeping, in the arbor, tranquil dreamers But if you had known, you would have left, nonetheless To have in your heart these eyes filled with promise Like a sea longing for the sun in the depths of the night So many useless exploits you have needlessly accomplished To reach the land of dreams, which, cast in ruby light, Stood in rapturous lament above the crystalline waters With oracular clouds arching high in its heavens. But there is solace in these wounds inflicted by past lovers And like a festive gala, your memory now glistens.


Details

Author details

Brown, Louise

Proust, Marcel