Comma

Les archives pour ne pas avoir à mentir

Comma (2020), 2019, (1), 1–18.

Abstract

Les archives pour ne pas avoir à mentir Jens Boel et Perrine Canavaggio avec Charles Kecskeméti « Je suis devenu archiviste parce que je ne voulais pas mentir ». C’est Charles Kecskeméti, responsable du secrétariat du Conseil international des Archives (ICA) pendant 41 ans, de 1957 à 1998, qui nous parle, par ce bel après-midi de mai, à son domicile d’Antony au sud de Paris. En tant que « Monsieur ICA », il s’est rendu dans une centaine de pays pour promouvoir le développement mondial des politiques et des pratiques archivistiques. Il nous raconte comment il est devenu archiviste après avoir fait des études d’histoire, sa passion initiale. « Enseigner des mensonges n’était pas possible pour moi et en tant qu’historien en Hongrie au début des années 50, cela aurait été mon destin. » Les débuts Charles Kecskeméti est né à Budapest le 19 août 1933. Ses parents étaient professeurs de langues (allemand, français et anglais). Après quelques années d’enseignement au lycée juif de Budapest, son père fut engagé par le quotidien Pester Lloyd où il était chargé des affaires internationales. Le 19 mars 1944, la Hongrie fut occupée par les Allemands. Avec d’autres journalistes juifs, il fut placé, à la fin du mois d’avril, dans un camp d’internement d’où il fut déporté à Auschwitz en juin. Il n’en revint pas. Grâce à quelques « Justes parmi les nations », la mère de Charles put organiser sa survie dans la clandestinité et celle de ses trois enfants à Budapest. Charles Kecskeméti se souvient encore du siège de Budapest par les forces soviétiques et roumaines qui libérèrent la ville. Le siège dura de fin 1944 jusqu’à mi-février 1945. « Nous étions cachés dans une maison qui était bombardée des deux côtés mais pas au milieu où nous nous trouvions. Après cette expérience je n’ai plus jamais eu peur des risques physiques. » Après une première année à l’université en économie politique, il s’inscrit en histoire à la Faculté des Lettres de Budapest et choisit le cursus des archives en 3e année. Il n’a jamais regretté son choix et ce métier l’a comblé. A la fin de ses études en 1955, il effectue son stage à Sopron près de la frontière autrichienne et il est nommé ensuite archiviste adjoint aux Archives départementales de Pest. La rencontre avec Charles Braibant Donc, pour ne pas avoir à mentir, à 22 ans, Charles Kecskeméti devient archiviste. Pas tout à fait un archiviste comme un autre puisqu’il avait eu la chance de passer 18 mois en France https://doi.org/10.3828/comma.2019.1.1

Access Token
£25.00
If you have private access to this content, please log in with your username and password here

Details

Author details

Boel, Jens

Canavaggio, Perrine

Kecskeméti, Charles

Procter, Margaret

Canavaggio, Jean