Quebec Studies

Neil Bissoondath disait ...

Quebec Studies (1998), 26, (1), 6–11.

Abstract

6 Neil Bissoondath disait... par Gilles Marcotte Université de Montréal À la fin d'une émission de "Bouillon de culture" sur le Québec, l'aimable Bernard Pivot, un peu étourdi par tant d'affirmations contradictoires, se tourna vers ses invités et leur demanda: "Mais enfin, pouvez-vous me dire ce qu'est un Québécois?" Ce fut Neil Bissoondath qui lui répondit, de son habituelle voix tranquille, avec le bel accent français qu'il a acquis à Toronto: "Un Québécois, c'est quelqu'un comme moi." Réponse admirable de simplicité, disant bien ce que de plus en plus on s'accorde à reconnaître comme la véritable définition du Québécois: un citoyen du Québec, exerçant son droit de vote au Québec, acceptant les lois du Québec (en plus de celles du Canada évidemment, for the time being dirait Monsieur Bouchard), quelle que soit son origine ethnique, sa culture traditionnelle. Cette réponse est donc vraie. Elle est également fausse, eu égard à certains paramètres qui, sans être reconnus officiellement, n'en persistent pas moins à régenter le discours en cette matière. Citoyen québécois, Neil Bissoondath n'est pas un écrivain québécois, ses livres n'appartiennent pas à la littérature québécoise. Est-ce parce qu'il n'est arrivé chez nous que depuis peu de temps? Mais le Sud-Américain Sergio Kokis, les Haïtiens Emile Ollivier et Dany Laferrière et même la Chinoise Ying Chen ont été québécisés en un tournemain, sans parler de quelques Français de France. Pas complètement, et même à leur corps défendant, pour certains d'entre eux, et d'autre part on a quelque difficulté à faire entrer leurs oeuvres dans le grand organisme thématique de la littérature, disons proprement québécoise, mais enfin la porte est ouverte. En revanche, Neil Bissoondath n'est pas plus un écrivain québécois que ne le sont Hugh MacLennan, Clark Biaise, Frank Scott, Mordecai Richler. C'est affaire de langue. Pas seulement de langue, comme j'essaierai de le dire tout à l'heure, mais avant tout affaire de langue. On peut imaginer qu'un jour Sergio Kokis, Emile Ollivier ou Ying Chen obtienne le Prix David, consécration suprême de la québécitude littéraire. Nous avons l'esprit large. Mais David Solway ou—horresco referens (vous me pardonnerez cet anglicisme)—Mordecai Richler, non, décidément, il y aurait là, pour ainsi dire, une contradiction terminologique. Comme c'est compliqué tout ça! Et comme, en même temps, c'est simple, désespérément simple! Il y a un refus. Ou, si vous préférez, un sentiment, une position d'étrangeté qui semblent inexpugnables. Il faut dire que l'expression "Québec anglais" a quelque chose d'étrange, en ce qu'elle amène un certain nombre d'écrivains canadiens-anglais à entrer, de force plutôt que de gré, dans un ensemble où ils se découvrent obligatoirement minoritaires, sinon marginaux. Il n'existe évidemment pas telle chose qu'une littérature anglo-québécoise, puisqu'il n'existe pas de littérature franco-québécoise. Les écrivains de langue anglaise vivant au Québec et ayant la citoyenneté canadienne—voilà, enfin, me semble-t-il, une définition claire, précise, sinon concise—, si d'aventure ils veulent se donner une identité nationale, penseront d'abord au Canada. Certains d'entre eux, comme A.M. Klein, trouveront même le Canada un peu petit, et se Québec Studies, Volume 26, Fall 1998/Winter 1999

Access Token
£25.00

Balzac, Honoré de. Le père Goriot. 1835. Paris: Flammarion, 1966. Le père Goriot Google Scholar

Beauchemin, Yves. Le Matou. Montréal: Québec/Amérique, 1981. Le Matou Google Scholar

Cohen, Leonard. Beautiful Losers. Toronto: McClelland and Stewart, 1966. Beautiful Losers Google Scholar

Ducharme, Réjean. L'hiver deforce. Paris: Gallimard, 1973. L'hiver deforce Google Scholar

Jones, D. G. "Portrait of Anne Hébert." the sun is axeman. Toronto: U of Toronto P, 1961. 3. the sun is axeman 3 Google Scholar

Klein, A. M. The Second Scroll. 1951. Toronto: McClelland and Stewart, 1961. The Second Scroll Google Scholar

MacLennan, Hugh. The Watch that Ends the Night. Toronto: Macmillan, 1958. The Watch that Ends the Night Google Scholar

Noël, Francine. Myriam première. Montréal: VLB, 1987. Myriam première Google Scholar

Jésuites (lettres des missions). Relations des Jésuites, contenant ce qui s'est passé de plus remarquable dans les missions des Pères de la Compagnie de Jésus dans la Nouvelle France. 1858. Montréal: Éditions du Jour, 1972. Google Scholar

Richler, Mordecai. Solomon Gursky Was Here. Toronto: Penguin, 1989. Solomon Gursky Was Here Google Scholar

Roy, Gabrielle. Bonheur d'occasion. 2 vols. Montréal: Société des Éditions Pascal, 1945. Bonheur d'occasion 2 Google Scholar

If you have private access to this content, please log in with your username and password here

Details

Author details

Marcotte, Gilles