Quebec Studies

Notes on Contributors

Quebec Studies (2007), 44, (1), 115–118.

Abstract

115 Notes on Contributors Jane Everett est professeure au Département de langue et littérature fran­ çaises de l'Université McGill, où elle enseigne la littérature québécoise et la traduction. Membre du Groupe de recherche sur Gabrielle Roy depuis sa création en 1995, elle a étudié les traductions anglaises de l'œuvre de la ro­ mancière et à la correspondance de celle-ci avec une de ses traductrices, l'écrivaine canadienne-anglaise Joyce Marshall. Son édition des lettres échangées par les deux femmes est parue aux Presses de l'Université de Toronto (2006); elle a également signé un texte publié dans le collectif Gabrielle Roy traduite, qui vient de paraître aux Editions Nota bene. Ses recherches actuelles portent sur la reprise des textes de Gabrielle Roy dans les anthologies de langue française et anglaise publiées au Québec et ailleurs. Simon Harel est professeur titulaire au département d'études littéraires de l'Université du Québec à Montréal. Parmi ses objets de recherche actuels: l'imaginaire des lieux habités, l'écriture migrante au Québec et les formes actuelles du récit de soi. Il a publié une vingtaine de monographies et ouvrages collectifs chez plusieurs éditeurs. Il a publié en 2007 aux Presses de l'Université Laval le premier volet d'un diptyque ayant pour titre: Espaces en perdition. L·s lieux précaires de la vie quotidienne. Parmi ses publications récentes, on retiendra trois ouvrages: Braconnages identitaires. Un Québec palimpseste (VLB, 2006), Les passages obligés de l'écriture migrante (XYZ, 2005), Quel autre? L'altérité en question (dir. de publication avec Pierre Ouellet, VLB Éditeur, 2007). Ses travaux actuels portent sur l'écriture de la méchanceté dans les œuvres de V.S. Naipaul et Thomas Bernhard, les relations entre architectures, espaces psychiques et littéraires, les modalités d'énonciation de la confiance à l'ère du discrédit. Gillian Lane-Mercier est professeure agrégée et directrice du département de langue et littérature françaises de l'Université McGill, où elle enseigne la théorie littéraire et la littérature française du vingtième siècle. Ses champs de réflexion et de recherche couvrent la socio-sémiotique, les théories de renonciation et de la réception, la traductologie, le roman français depuis 1990, et la traduction littéraire au Québec et au Canada depuis les années 1960. Auteure de La parole romanesque et co-auteure de Faulkner. Une expérience de retraduction (finaliste pour les prix Vinay-Darbelnet et RaymondKlibansky) elle a publié de nombreux articles sur la théorie du roman, la traductologie, et les romanciers-traducteurs dans des revues et des collec­ tifs européens et nord-américains. Elle travaille actuellement, dans une perspective traductologique, sur des romanciers-traducteurs anglo-québé­ cois et canadiens contemporains, dont Philip Stratford, Gail Scott, David Homel, Robert Majzels, et Nathalie Stephens. Catherine Leclerc est professeure au département de langue et littérature françaises de l'Université McGill, où elle enseigne la traduction ainsi que les

Access Token
£25.00
If you have private access to this content, please log in with your username and password here

Details