Quebec Studies

Le modèle belge

Quebec Studies (2010), 49, (1), 23–30.

Abstract

23 Le modèle belge Michel Biron McGill University L'expression "modèle belge" a tout d'un oxymoron: la Belgique ne se per­ çoit guère et n'est d'ailleurs guère perçue comme un "modèle," du moins pas au sens où l'on parle de "modèle suédois" à propos du réseau de la santé, ou de "modèle finlandais" à propos du système d'enseignement. On n'a pas l'habitude de parler ou d'entendre parler de la Belgique comme d'un modèle, sauf de façon ironique ou par une sorte de dérision si typique­ ment belge. Les élèves belges apprennent, il est vrai, que César aurait af­ firmé que, de tous les peuples de la Gaule, les Belges étaient les plus braves. Mais dès qu'ils sortent de la petite école, ils tombent, les malheureux, sur Baudelaire et sa "Pauvre Belgique," qu'il avait aussi songé à intitulé: "La grotesque Belgique," "Une Capitale pour rire," "Une capitale de Singes," et j'en passe. Personne ne prend au sérieux le pamphlet syphilitique de Baudelaire, mais n'empêche: il y a une tradition anti-belge qui va s'ampli­ fier par la suite, relayée par des grands noms comme Henri Michaux. Forte d'une tradition surréaliste peut-être unique en Europe, la littérature belge n'a cessé de cultiver ce stigmate et d'ironiser à qui mieux mieux autour du mot "belge." C'est le cas, par exemple, vers 1960, d'une revue irrévéren­ cieuse comme Daily-Bûl où des écrivains s'en donnent à cœur joie pour rire à la fois de leur pays, de l'esprit petit-bourgeois, et de tout ce qui avait la prétention de se présenter comme un modèle. Jean-Pierre Verheggen, trois décennies plus tard, fera de même dans Les Folies beigeres (1990). Je voudrais tout de même défendre ici sans ironie ce paradoxe d'un modèle littéraire belge qui pourrait être instructif ailleurs dans la francophonie littéraire et en particulier au Québec. Posons les choses de façon grossière: quand je pense à la littérature francophone de Belgique, je vois des noms: Verhaeren, Maeterlinck, Rodenbach, Simenon, Ghelderode, Michaux (oui, malgré lui), pour ne prendre que des auteurs internationalement reconnus; quand je pense à la littérature québécoise, je vois l'ensemble de cette littérature, je vois la littérature comme entreprise collective plutôt que des auteurs singuliers (même si quelques noms surgissent, comme ceux de Miron ou de Ducharme). La grande vedette de la littérature québécoise reste la littérature québécoise elle-même et non pas tel ou tel auteur. En ce sens, la comparaison avec d'autres littératures francophones, comme la belge, a quelque chose de trompeur. C'est que la littérature québécoise existe plus fortement que n'importe quelle autre littérature francophone, et plus encore si on la com­ pare à la littérature belge dont le statut a été et demeure extrêmement prob­ lématique. Ouvrons par exemple l'Histoire de la littérature belge parue en 2003 chez Fayard. Dès la première phrase, les auteurs (dont je suis) se sen­ tent tenus de répondre à une question préalable: "Une histoire de la littéra­ ture belge est-elle possible?" (7). Une telle question, ajoute-t-on, ne se pose Québec Studies, Volume 49, Spring/Summer 2010

Access Token
£25.00

Aron, Paul et Benoît Denis. "Réseaux et institution faible." Les Réseaux littéraires. Éds. Daphné de Marneffe et Benoît Denis. Bruxelles: Le Cri/Ciel, 2006. 7-18. Les Réseaux littéraires 7 18 Google Scholar

Bertrand, Jean-Pierre, Michel Biron, Benoît Denis, et Rainier Grutman, éds. Histoire de la littérature belge francophone 1830-2000. Paris: Fayard, 2003. Histoire de la littérature belge francophone 1830-2000 Google Scholar

Biron, Michel. La Modernité belge. Littérature et société. Bruxelles/Montréal: Éditions Labor et PU Montréal, 1994. La Modernité belge. Littérature et société Google Scholar

Casanova, Pascale. La République mondiale des lettres. Paris: Seuil, 1999. La République mondiale des lettres Google Scholar

Charlier, Gustave et Joseph Hanse. Histoire illustrée des lettres françaises de Belgique. Bruxelles: La Renaissance du Livre, 1958. Histoire illustrée des lettres françaises de Belgique Google Scholar

Dirkx, Paul. "Y a-t-il des classiques belges?" Littératures classiques 19 (1993): 313-27. Y a-t-il des classiques belges? Littératures classiques 19 313 27 Google Scholar

Grandpré, Pierre de, éd. Histoire de la littérature française du Québec. 4 volumes. Montréal: Beauchemin, 1967-1969. Histoire de la littérature française du Québec 4 Google Scholar

Klinkenberg, Jean-Marie. "Les études francophones belges hors de Belgique." French Review 81.6 (2008): 1239-48. Les études francophones belges hors de Belgique French Review 81 1239 48 Google Scholar

Kundera, Milan. Le Rideau. Paris: Gallimard, 2005. Le Rideau Google Scholar

Mailhot, Laurent. La Littérature québécoise. Paris: PU France, coll. "Que sais-je?," 1974. La Littérature québécoise Google Scholar

Mertens, Pierre. "Pour en finir avec la Belgitude." Belgitude et crise de l'État belge. Actes du colloque organisé par la Faculté de droit des Facultés universitaires Saint-Louis le 24 novembre 1988. Éds. Hugues Dumont et al. Bruxelles: Facultés universitaires Saint-Louis, 1989. 239-48. Belgitude et crise de l'État belge. Actes du colloque organisé par la Faculté de droit des Facultés universitaires Saint-Louis le 24 novembre 1988 239 48 Google Scholar

Provenzano, François. Francophonie et métalittérature: deux histoires socio-discursives pour une épistémologie critique. Liège: Université de Liège: 2008. Francophonie et métalittérature: deux histoires socio-discursives pour une épistémologie critique Google Scholar

Quaghebeur, Marc. "Balises pour l'histoire de nos lettres." Alphabet des lettres belges de langue française. Bruxelles: Association pour la promotion des lettres belges de langue française, 1982. 9-202. Alphabet des lettres belges de langue française 9 202 Google Scholar

Sojcher, Jacques, éd. La Belgique malgré tout. Bruxelles: Université de Bruxelles, 1980. La Belgique malgré tout Google Scholar

Verheggen, Jean-Pierre. Les Folies belgères. Paris: Éditions du Seuil, 1990. Les Folies belgères Google Scholar

If you have private access to this content, please log in with your username and password here

Details

Author details

Biron, Michel