Quebec Studies

Jean Simard, traducteur de Hugh MacLennan

Quebec Studies (2010), 50, (1), 19–26.

Abstract

19 Jean Simard, traducteur de Hugh MacLennan Patricia Godbout Université de Sherbrooke Je me propose d'examiner dans le présent article de quelle manière l'écrivain Jean Simard (1916-2005) a pratiqué l'art de la traduction, plus particulièrement dans la version française de The Watch That Ends the Night de Hugh MacLennan qu'il a fait paraître en 1967 à Montréal chez HMH. Hugh MacLennan est alors un écrivain canadien-anglais de renom, auteur de Two Solitudes (1945), roman qui lui vaut son premier prix du Gouverneur général (il en remportera un nombre impressionnant de cinq au fil de sa carrière littéraire). Two Solitudes ne sera traduit en français qu'en 1963, comme pour donner raison, en quelque sorte, à ce qu'en est venue à signifier cette expression des " deux solitudes," c'est-à-dire la présence malaisée, côte à côte, des deux principaux groupes linguistiques et culturels du Canada — anglophones et francophones — , et la relation distante, souvent faite d'ignorance, de méfiance et d'incompréhension qu'entretiennent ces deux groupes. Né en Nouvelle-Ecosse, MacLennan (1907-90) arrive à Montréal dans les années 1930, entre d'autres raisons, pour enseigner au Lower Canada College. Il publie son premier roman, Barometer Rising, en 1941, qui deviendra en français, dans la traduction de Jean Simard, Le temps tournera au beau (1966). Quant à The Watch That Ends the Night, c'est un roman important qui paraît en 1959 et que plusieurs considèrent comme "son plus beau livre." C'est l'avis en tout cas, de son traducteur, tel qu'il l'affirme à Gilles Marcotte dans une interview radiophonique diffusée sur Radio-Canada à l'émission "Des livres et des hommes," le 3 octobre 1967. "Je traduis des livres qui me plaisent, y explique Simard. C'est la seule et unique raison." Dans ce roman qui se déroule à Montréal au début des années cinquante, il est souvent question de l'époque de l'entre-deux-guerres. Comme l'explique Simard dans cette interview: 1 C'était le moment de la guerre d'Espagne où tous les gens bienpensants étaient pour Franco et où tous ceux qui n'étaient pas pour Franco étaient traités de communistes. Alors, un des personnages du livre va se battre en Espagne dans ce qu'on appelait à ce moment-là le mauvais côté, avant qu'on apprenne que c'était le bon! Ce personnage, qui s'appelle dans le roman Jerome Martell, emprunte de nombreux traits à Norman Béthune: comme lui, c'est un médecin qui est allé prêter main forte aux Républicains contre Franco dans la guerre d'Espagne et qui s'est plus tard rendu en Chine pour s'engager avec les maoïstes. Mais contrairement à Béthune qui y a laissé sa peau, le héros de MacLennan, dont on avait pourtant annoncé le décès une décennie plus tôt, revient contre toute attente à Montréal pour troubler la petite quiétude Québec Studies, Volume 50, Fall 2010/Winter 2011

Access Token
£25.00

Berman, Antoine. La traduction et la lettre ou l'auberge du lointain. Paris: Seuil, coll. "L'ordre philosophique," 1999. La traduction et la lettre ou l'auberge du lointain Google Scholar

Dagenais, Gérard. Dictionnaire des difficultés de la langue française au Canada. Montréal: Éditions Pedagogia Inc., 1967. Dictionnaire des difficultés de la langue française au Canada Google Scholar

 Google Scholar

MacLennan, Hugh. [1959]. The Watch That Ends the Night. New York: Signet Books, 1964. The Watch That Ends the Night Google Scholar

MacLennan, Hugh. [1959]. Le matin d'une longue nuit. Trad. Jean Simard. Montréal: Éditions HMH, coll. "L'Arbre," 1967. Le matin d'une longue nuit Google Scholar

Melançon, Robert. Exercices de désœuvrement. Montréal: Éditions du Noroît, coll. "Chemins de traverse," 2002. Exercices de désœuvrement Google Scholar

Reid, Malcolm. Notre parti est pris. Un jeune reporter chez les écrivains révolutionnaires du Québec, 1963-1970. Trad. Héloïse Duhaime. Québec: PU Laval, 2009. Google Scholar

Renaud, Jacques. Le cassé. Montréal: Éditions Parti Pris, 1964.2 Le cassé Google Scholar

If you have private access to this content, please log in with your username and password here

Details

Author details

Godbout, Patricia